Le château Léoville-Barton a vu le jour en 1826 quand un irlandais passionné par le vin et la France, un certain Hugh Barton, s’est porté acquéreur d’une partie des vignes du domaine Léoville. Quelques années auparavant, il était devenu propriétaire de Langoa Barton, également retenu par Bernard Burtschy. Ainsi, quand vint le classement de 1855, Hugh Barton se retrouva à la tête d’un Deuxième et d’un Troisième Crus classés dans l’appellation Saint Julien.

Léoville-Barton se trouve en bordure immédiate de la commune, et ses quelques 50 hectares de vignes sont dominés par le cabernet sauvignon, seigneur du Médoc, avec à ses côtés du merlot et du cabernet franc. Les sols sont ceux de l’appellation, avec des graves sur un sous-sol argileux, l’ensemble étant bien drainé et planté de vieilles vignes qui donnent des vins puissants et riches.

Pour les vinifications, la famille Barton – aujourd’hui Anthony et sa fille Lillian – s’est entourée de Jacques et Eric Boissenot, père et fils, qui travaillent depuis toujours avec les plus grands domaines. La presse et les critiques saluent la constance et la qualité des vins du domaine depuis une quinzaine d’années.